Scholastique Mukasonga

Vous pouvez lire un extrait de mon interview pour LE MONDE DES LIVRES qui paraîtra ce
jeudi 3 avril en Kiosque.

Propos recueillis par Macha Séry.

Avec Ce que murmurent les collines, recueil de nouvelles où elle rapporte quelques contes du Rwanda précolonial, Scholastique Mukasonga, assistante sociale à Caen depuis 1992, donne, à 58 ans, son cinquième livre, après Notre-Dame du Nil (Gallimard, prix Renaudot 2012). Pour « Le Monde des livres », elle revient sur son histoire personnelle, le génocide où ont péri vingt-sept membres de sa famille, ainsi que sur son parcours littéraire.

Dans « Ce que murmurent les collines », vous vous intéressez à la tradition orale rwandaise. Pourquoi ce tournant dans votre œuvre ?

Je voulais retrouver l’identité qui est la mienne, celle que ma mère, Stefania, m’a transmise. Elle contait à ses enfants, surtout à moi qui étais toujours collée à elle. Je conte à mes lecteurs. De la prime enfance à la grande adolescence, on apprend tout de la mère, c’est le grand professeur, y compris pour les garçons. Les mères sont les pivots culturels de la société.

Pour lire la suite visiter cette page:
http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/04/02/scholastique-mukasonga-retrouver-mon-identite_4394394_3260.html