Vous pouvez lire sur le site du journal Le Monde ma longue interview par Coumba Kane.

Pendant des années, elle s’est sentie « fragile comme un œuf », incapable de repartir dans le pays qui l’a vu naître, le Rwandaa. Une terre où la folie génocidaire a emporté, en 1994, 37 membres de sa famille. Depuis, Scholastique Mukasonga a écrit des romans à la mémoire de ses disparus, onze œuvres depuis 2006. Plusieurs fois primés, ces livres sont devenus « les tombeaux de papiers » de ses proches assassinés, son devoir de mémoire.

Dans Inyenzi ou les Cafards (Gallimard, 2006), premier roman salué par la critique, elle raconte son enfance persécutée et la lutte pour préserver la vie au milieu du chaos. Notre-Dame du Nil (Gallimard, 2012), précieux témoignage historique sur la construction et la montée de la haine anti-tutsi dans les années 1960, a reçu les prix Renaudot et Ahmadou-Kourouma. En 2020 sortira en France un film tiré du roman et réalisé par Atiq Rahimi. Jeudi 5 septembre, le Festival international du film de Toronto l’a dévoilé en avant-première.

Lire l’interview complète sur le site du journal Le Monde.