Je bats tambour pour saluer la nouvelle année et offrir mes vœux à tous mes fidèles lecteurs. Il m’en faudrait toute une batterie pour appeler à l’humanité envers les jeunes migrants qui errent sans abri, à Ouistreham, sur les bords de la Manche, dans le vent, le froid et la pluie normande.

Je bats tambour pour saluer la nouvelle année et offrir mes vœux à tous mes fidèles lecteurs. Scholast Mukasonga - Rwanda