salon du livre et de la presse de Genève

Je serai présente au Salon du livre et de la presse de Genève le Vendredi 3 mai dans l’après-midi  de 16h-17h pour la remise du Prix Kourouma et sur le stand Gallimard de 17h30 à 18h30. Le samedi 4 mai, je serais au stand Gallimard pour une séance de dédicace de 16h à 17h suivie d’une table ronde  au salon du livre africain de 17h30 à 18h30.

Cliquez ici pour lire mon agenda complet

Présentation du salon du livre et de la presse de Genève:

En mai, le Salon du livre fait ce qui lui plaît

par Eléonore Sulser – Le Temps

Une place du moi, une place pour les Suisses, l’Afrique au centre, les livres et les écrivains au milieu, Isabelle Falconnier, la présidente, présente la 27e édition

C’est «un salon à vivre» qu’annonce Isabelle Falconnier, présidente du Salon du livre et de la presse de Genève. Sa 27e édition s’ouvrira le premier mai pour s’achever le dimanche 5, non sans avoir fait la fête, lors de la nocturne du vendredi, sur les airs du bluesman nigérian Keziah Jones.

Auparavant, les visiteurs découvriront de nouveaux espaces qu’Isabelle Falconnier a pensés comme autant de «places du village» où rencontres et agapes les attendent. L’amateur sera invité à cultiver son corps, son esprit et son âme en passant par la «place du Moi», vouée au développement personnel. La «place Suisse», donnera à entendre les écrivains d’ici, de Nicolas Couchepin à Eugène, en passant par Alexandre Voisard et Matthias Zschokke. On y verra aussi les couples parrains & poulains, auteurs jeunes et confirmés réunis par le Salon du livre. La scène de L’Apostrophe, vouée aux célébrités, accueillera, entre autres, Anne Ragde, Philippe Djian, Roland Jaccard, Luc Ferry, Douglas Kennedy, qui dialoguera avec Joël Dicker.

Un air d’Afrique va souffler, car le Salon africain fête ses dix ans. Et ses deux nouveaux programmateurs, Pascale Kramer et Boniface Mongo-Mboussa, ont placé «l’Afrique au centre du monde». Beau et vaste projet qui permettra de rencontrer des écrivains bien sûr – comme Scholastique Mukasonga, Prix Ahmadou Kourouma et Prix Renaudot 2012 pour Notre-Dame du Nil (Gallimard), et nombre d’acteurs du monde littéraire et intellectuel africain.

Pour lire la suite de l’article cliquez ici